JOSEPH CASTAN FINE WINE
vianney castan

Cinq minutes avec Vianney Castan

By elasticadmin

Posted in

Cinq minutes avec Vianney Castan

Vianney Castan Profile

Vianney Castan

Vianney, Comment avez-vous atterri dans le monde du vin ?

A vrai dire, il ne s’agit pas vraiment d’un atterrissage mais plutôt d’un retour aux sources. Chez moi la vigne et le vin sont avant tout une histoire de famille !

Tout a commencé dans les années 1900 avec mon arrière-grand-père Joseph Castan. Il fût le premier représentant du nom Castan à acquérir des vignes, grâce à son épouse qui était fille de vigneron. En effet, rien ne prédisposait ce professeur des écoles à devenir vigneron, pourtant son mariage lui a mis le pied à l’étrier. Il est même ensuite devenu président de la cave coopérative de Lansargues et a obtenu de nombreux diplômes à la Foire Internationale de Montpellier en 1927.

Après la reprise du flambeau par mon grand-père Jean, les vignes ont été abandonnées jusqu’à mon arrivée…

Et alors, comment cette aventure a-t-elle débuté ?

Ayant toujours eu un pied dans le monde du vin depuis tout jeune, j’ai orienté mes études vers une école de commerce en vue d’un premier poste de directeur export dans une cave coopérative des Corbières. Je ressentais vraiment le besoin de partager à l’international l’amour de la Terre, les moments conviviaux et de partage qui gravitent autour du vin et la noblesse du métier de producteur…tout en apportant un morceau de culture française !

Mais il ne s’agissait que d’une facette de mon poste, je consacrais le reste de mon temps à aller dans les vignes avec les vignerons, je suivais de près l’arrivée des vendanges et le déroulement des vinifications. J’ai acquis toutes mes connaissances techniques en matière de vignes et de vin grâce à cela.

grappes et vignes

Quelles ont été les motivations à la création de Joseph Castan ?

J’ai toujours eu une âme de bâtisseur, j’entends par-là à créer, construire et développer les choses.

En tant que Directeur Export je commençais à me retrouver à l’étroit dans mon poste, notamment à cause des gammes peu extensibles et redondantes d’une année sur l’autre. Je ressentais vraiment le besoin d’exprimer ma créativité et de marquer les vins de ma propre empreinte, afin d’adapter encore mieux les vins au goût du consommateur.

C’est ainsi qu’a germé l’idée de créer le négoce Joseph Castan. Et qui de mieux pour me suivre dans cette aventure, que ma femme Emilie ! Emilie a les compétences pour toute la partie administrative, elle est comme moi « quelqu’un de la campagne » et était très intéressée par ce projet et le mode de vie qui allait avec cela. En effet, le négoce a été un moyen d’acquérir domaine familial pour nous installer et ainsi, transmettre une passion et un héritage.

En 2007, la société Joseph Castan a vu le jour, comment vous décririez ces premiers pas ?

bouteilles

En 2007, nous avons tout de suite placé Joseph Castan comme une référence en vins du Languedoc-Roussillon et de la Vallée du Rhône, avec une réelle volonté de mettre en valeur notre richesse des terroirs et des produits qui ont parfois souffert de mauvaise presse… Pour ce faire, nous nous sommes entourés de vigneronsavec de réelles personnalités, de cépages caractéristiques et de terroirs qualitatifs.

Ainsi, dès le démarrage de la société en 2008, nous rencontrons un franc succès à l’export sur des gammes assez larges de Languedoc-Roussillon et de Pays d’Oc, jusqu’aux appellations spécifiques. Grâce à notre connaissance des marchés et la griffe Joseph Castan, les vins ont vite trouvé leur public. Ce démarrage plutôt réussi, a permis d’amener la société Joseph Castan entre 2007 et 2012 à une production de 0 à 4 millions de bouteilles, profitant ainsi d’une croissance à deux chiffres.

La société Joseph Castan était établie en premier lieu à Baillargues. Pourquoi avoir choisi le Château Saint-Jean d’Aumières comme nouveau QG?

chateau

A partir de 2011, nous étions d’ores et déjà à la recherche d’un domaine à terroirs prestigieux pour installer la société, asseoir la réputation du négoce et aussi établir un lieu de vie pour notre famille. C’est en 2012 que nous faisons l’acquisition du Château St-Jean d’Aumières avec un emplacement privilégié sur le magnifique terroir des Terrasses du Larzac.

Ce domaine possédait une grande notoriété jusqu’en 2000, puis il a subi une chute vertigineuse sur le plan qualitatif et au niveau de la réputation. Dès notre arrivée avec Emilie, nous avons changé les méthodes culturales, privilégié la maturation optimale des raisins afin de révéler le meilleur du terroir et de son potentiel et ainsi, rendre ses lettres de noblesse au Château St.

Création d’un négoce, puis acquisition d’un domaine en Terrasses du Larzac… Vous auriez pu vous arrêter là ! Pourquoi avoir acheté un deuxième domaine ?

J’ai découvert l’appellation Costières de Nîmes grâce aux vins du négoce, dans lesquels j’ai tout de suite identifié des typicités porteuses pour l’avenir, donnant des vins avec beaucoup de chair et de gourmandise. Ces vins rencontrant de plus en plus de succès ont fait naitre en moi l’idée de m’implanter aussi dans cette zone.

Le terroir de la vallée du Rhône à de nombreux avantages dont celui de bénéficier de l’eau du Bas—Rhône et de ses nombreuses ramifications. Avec le changement climatique et les sécheresses qui pourraient en découler, les Costières représentent un terroir d’avenir où l’irrigation sera peut-être envisageable quand le Sud de la France rencontrera plus de difficultés à parer ces états d’aridité…

TerrainC’est ainsi qu’en 2015, j’ai effectué l’acquisition du Château Saint-Louis La Perdrix, sur la commune de Bellegarde. Ce domaine chargé d’histoire a vu des grands noms comme St. Louis (Louis IX) et Philippe Lamour passer sur ses terres. Il possède également un sol jonché de galets, permettant d’obtenir des effets de maturations nocturnes proches de ceux rencontrés au sein des prestigieux terroirs de Châteauneuf-du-Pape.

btt